Rechercher
  • Anouck Arnould

La zone de confort...késako ?

Mis à jour : juil. 10

Aimez-vous qu'un inconnu s'approche de vous à 20cm ? Supportez-vous le contact physique d'un collègue de travail? Acceptez-vous facilement la promiscuité dans les transports en commun?


Tout cela est très variable et va dépendre de beaucoup de paramètres : votre état du moment, votre rapport aux autres, l'environnement dans lequel vous êtes à l'instant T, l’intérêt que va représenter l’échange, etc...


Pour votre chien, les choses ne sont pas très différentes. Comme vous, il a ses affinités et ses susceptibilités. Comme vous son rapport au monde est variable, mouvant et directement lié à sa personnalité et son histoire. Comme vous, il éprouve des sensibilités particulières voire des difficultés avec son environnement. Comme vous, il essaie au quotidien de se préserver en restant dans une zone qui lui est confortable.


On appelle ça la Zone de Confort.


Cette zone de confort détermine à quelle distance il accepte les autres individus: hommes, congénères et autres animaux...voir tout autre stimuli: objets, bruits, couleurs, odeurs, etc...


En fonction de son ressenti, votre chien peut percevoir tel ou tel élément de l'environnement comme une menace et donc réagir à des distances différentes. Par exemple, la vue d'un vélo à trente mètres peut le faire fuir alors qu'un inconnu peut s'approcher de lui à deux mètres, sans problème. De même un enfant à moins de cinq mètres peut l’inquiéter alors que le bruit de l'aspirateur ne le dérange pas.


Cette zone de confort est déterminée par son âge, son état de santé, son humeur et l'environnement à l'instant T, mais aussi par ses expériences passées (bonnes ou mauvaises) et par son patrimoine génétique. Elle n'est donc pas figée, elle fluctue constamment.





Comment savoir que votre chien est en inconfort voire en stress ?



En l'observant !


Très souvent, il va émettre une multitude de signaux. Si certains d'entre eux sont difficiles à repérer, certains autres sont plus observables: bâillement, lèchement de truffe, raideur du corps, regard fuyant, mise à distance, accélération de la respiration, détournement de la tête, grognement, retroussement des babines, etc...


Votre chien dit clairement que l'environnement et/ou l'interaction lui pose problème. N'oublions pas qu'il n'a pas accès au verbal et qu'il va naturellement utiliser ses propres moyens de communication. Il est donc important, si votre chien éprouve de la crainte dans certaines circonstances, que vous connaissiez sa zone de confort et que vous la respectiez, sachant que cette dernière est mouvante et peut changer d'un jour à l'autre (voire d'une heure à l'autre). Et s'il éprouve des difficultés importantes avec certains stimuli (congénères, humains, jeunes enfants, vélos, orage, manipulations, etc...), ne l'obligez pas à les affronter. Offrez lui une porte de sortie. Vous êtes son support social, celui sur qui il doit pouvoir compter quand il est en difficultés.


Permettre à son chien de s'adapter à diverses situations du quotidien tout en contrôlant son environnement c'est aussi l'assurance d'une meilleure santé physique et psychique.


Tout comme l'humain, un chien soumis à la peur ou à un stress trop important est dans l'incapacité de gérer ses émotions...pensez-y !

20 vues

SIRET  529 919 813 00012   

06 86 27 02 18